Mort d’un supporter du PSG sur fond de racisme et d’antisémitisme24 novembre 2006

Scènes tragiques à Paris : en marge du match opposant le PSG à l’Hapoël Tel Aviv, un policier en civil a tiré sur une foule de supporters en essayant d’intervenir dans une échauffourée pour tenter de protéger un supporter de l'Hapoël Tel Aviv, tuant une personne et en blessant une autre.
L’incident s’est déroulé près du Parc des Princes après la victoire de l’Hapoël Tel Aviv 4-2 contre le Paris Saint-Germain dans le cadre d’un match de la Coupe de l’UEFA.
Selon la police, l’officier en civil, qui n'était pas identifié, aurait essayé de protéger un supporter de l'Hapoël Tel Aviv pris à partie par quelque 100 supporters du PSG. L’officier a lancé une bombe lacrymogène lorsque la foule s’est jetée sur le supporter d’Hapoël, puis a tiré deux coups de feu après avoir été acculé contre un coin, selon la police.
Deux supporters du PSG ont été blessés, et l’un deux, Julien Quemener, âgé de 24 ans, est décédé des suites de ses blessures.
Amir Lubin, le porte-parole de l’Hapoël Tel Aviv a commenté que tout au long du match, le climat avait été très hostile envers Hapoël et ses supporters. « Nous avons entendu les chants de la foule française. Ces chants n'avaient rien à voir avec le football. Il était évident que les supporters du PSG étaient furieux du résultat du match, mais nous ne pouvions pas imaginer en arriver là », a-t-il ajouté.

« La gravité de cet événement vient confirmer la nécessité absolue de combattre le racisme et l'antisémitisme dans l'environnement des supporters du PSG », a déclaré dans un communiqué le maire de Paris Bertrand Delanoë . « J’entends que désormais l'image et les valeurs de Paris soient respectées en toutes circonstances – elles ne peuvent s’accommoder de la moindre forme d'intolérance. »

Le ministre français des sports Jean-François Lamour a dénoncé le « climat de tension et de violence qui accompagne certains matches de football. »

Le racisme déclaré est devenu de plus en plus fréquent au Parc des Princes, le stade du PSG. Des insultes et des cris de singe y sont souvent proférés envers les joueurs noirs. Dans le stade, des bandes d’extrême droite ont souvent cherché la lutte contre les membres noirs et arabes de bandes multiethniques rivales pendant les matches à domicile.

Entre-temps, le partenaire de FARE, la LICRA (Ligue Internationale Contre le Racisme et l'Antisémitisme), a publié le communiqué suivant :

« La LICRA condamne avec fermeté les multiples incidents violents, racistes et antisémites qui ont éclaté hier à l’occasion de la rencontre de Coupe de l'UEFA opposant le PSG au club israélien d’Hapoël Tel Aviv.

La LICRA dénonce le climat d’insécurité et de terreur (violences racistes et antisémites, agressions sur des personnes d’origine nord-africaine) qui règne régulièrement dans les allées du Parc des Princes lors des matches à domicile du PSG. Depuis le début de saison 2006/2007, la LICRA constate un réel durcissement des agressions racistes au PSG, dans des circonstances de plus en plus violentes.

Hier soir, des centaines de supporters parisiens ont crié pendant et après le match des injures antisémites telles que « sale juif ! », « mort aux juifs ! », « Heil Hitler » accompagnées de multiples saluts nazis, selon plusieurs témoins qui ont saisi la LICRA. L'un des témoins a rapporté que des bandes de jeunes, pour certains en possession d’armes, ont lancé une chasse aux supporters juifs une fois le match terminé.

La LICRA demande aux pouvoirs publics de faire toute la lumière, le plus rapidement possible, sur les circonstances qui ont engendré après le match la mort d'un supporter et vu un autre grièvement blessé.

Pour la LICRA, cette tragédie démontre une nouvelle fois l'échec du Contrat Local de Sécurité (CLS) du Parc des Princes, mis en place en juin 2004 par le Ministère de l'intérieur, et les limites d'une politique ambiguë menée par le club du PSG depuis près de vingt ans. »