Eto'o – FARE appelle la Fédération espagnole de football à agir27 février 2006

Le réseau FARE (Football Against Racism in Europe) est convaincu que le problème du racisme dans le football espagnol continuera de s’aggraver tant que la Fédération espagnole de football (RFEF) ne reconnaîtra pas la gravité du problème.

Les craintes sont apparues après une série d’incendies survenus dans le football espagnol. Le dernier a été recensé le samedi 25 février, lors du match opposant le Real Saragosse au FC Barcelone. Pendant le match, l’attaquant de Barcelone Samuel Eto'o a été insulté par des cris de singe, et des cacahouètes ont été lancées dans sa direction par une partie des supporters de Saragosse.

Le joueur africain de l’année a voulu quitter le terrain 14 minutes avant la fin du match, mais ses coéquipiers et son entraîneur l’ont finalement persuadé de continuer à jouer.

Avant le match amical que doit disputer mercredi (01.03.2006) l’équipe nationale espagnole contre la Côte d’Ivoire, qualifiée elle aussi pour la Coupe du Monde, FARE appelle la RFEF à signaler son intention sérieuse de tacler le racisme hors du football espagnol.

Lors de la récente conférence de l’UEFA sur le racisme dans le football qui s’est tenue à Barcelone début février, le président de la RFEF Angel Maria Villar a déclaré dans son discours de clôture qu’il ne fallait pas accorder une trop grande importance au problème et que l’on « ne devrait pas en faire une montagne ».

FARE pense que cette attitude conduira à intensifier les incidents racistes en Espagne.

Piara Powar, directeur de la campagne « Kick It Out » en Grande-Bretagne, a déclaré :
« La Fédération espagnole de football doit fixer de toute urgence un plan d’action clairement défini pour combattre ce problème. Le fait que l’un des meilleurs joueurs noirs du monde – élu joueur africain de l’année – soit victime d’insultes racistes dans l’une des plus grandes ligues du monde est inquiétant pour l’avenir du football. »

Ronaldinho, attaquant de Barcelone et de l’équipe nationale brésilienne, a soutenu la position de son coéquipier et appelé les responsables à intensifier leurs efforts contre le racisme :

« J’aurais quitté le terrain avec Eto'o ! Les insultes lancées contre lui tout au long du match sont trop graves. Cela ne peut pas continuer. Nous devons essayer de bannir ces comportements des terrains de football. »

La saison dernière, la RFEF a infligé au club de Saragosse une amende de 600 euros après qu’une partie des supporters avaient lancé des insultes racistes envers Eto'o. Début février, le Real Saragosse a également du payer une amende d’un montant similaire après que des insultes racistes ont été lancées contre Robert, l’attaquant brésilien du Real Betis.