Les ministres des sports de l’UE en faveur de l’égalité des chances28 septembre 2005

Les ministres des sports de l’UE se sont récemment réunis à Liverpool pour une conférence de deux jours organisée par la présidence britannique de l’UE et dirigée par le ministre des sports britannique Richard Caborn. Pendant la rencontre informelle, les ministres ont décidé d’encourager l’égalité des chances et la diversité culturelle dans et à travers le sport, tant au niveau national qu’européen.

Un brillant exemple
Per Omdal, vice-président de l’UEFA, a mis en lumière la profession de foi de l’UEFA en faveur de la lutte contre le racisme dans le football, le sport le plus populaire en Europe, ainsi que les expériences faites jusqu’à présent.

Avant la rencontre, Richard Caborn avait déjà évoqué la coopération de l’UEFA et du réseau FARE :
« Je sais que l’UEFA prend cette question autant au sérieux que le gouvernement britannique. Une campagne actuelle menée en coopération avec FARE n’est qu’un exemple de la disposition à agir de l’UEFA. »

Selon Caborn, l’UE pourrait apporter une contribution essentielle à la suppression de la discrimination dans le sport et à la promotion du sport comme instrument de rencontre.

Conclusions
Après la rencontre, Caborn a déclaré : « L’UE s’engage résolument pour l’égalité des chances, afin que tous les êtres humains puissent participer [au sport], indépendamment de leurs aptitudes, de leur race ou de leur sexe. »

Le porte-parole du ministère des sports britannique Anthony Wright a ajouté :
« La Grande-Bretagne soutient les principes généraux sur lesquels reposent les conclusions d’une consultation entre la Commission et le mouvement sportif européen. Selon ces principes, les obstacles cachés qui rendent parfois l’accès au sport difficile pour certains groupes (immigrés, minorités ethniques, handicapés, personnes âgées, femmes) doivent être combattus au niveau européen. En outre, un soutien actif doit être apporté, sous la forme d’actions de formation destinées aux responsables sportifs, comme par exemple aux assistants du service social qui travaillent avec des personnes socialement défavorisées.

Même si la Grande-Bretagne juge importante la suppression des aspects négatifs du sport, tels que les chants racistes, la promotion de l’égalité des chances et de la diversité dans et à travers le sport passe avant tout par l’identification et l’échange avec les autres États membres de bonnes pratiques visant à mettre en avant les aspects positifs de la participation au sport. »