EURO 2008: Un film contre la racisme star des mi-temps à l’UEFA EURO 2008™19 juin 2008

Prenez un réalisateur américain, une entreprise de production allemande et des acteurs européens venant des quatre coins du continent. Rajoutez l’un des plus grands évènements sportifs du monde pour la bonne mesure, et vous obtenez un film qui démontre combien le football, et l'UEFA EURO 2008™, peuvent agir pour le bien de l’humanité.

« Différentes langues, un seul but : Non au racisme » crée un grand impact dans le festival estival du football, dans les stades suisses et autrichiens. Réalisé par John Buché et produit par « Embassy of Dreams » à Munich, le film est projeté avant, pendant et après chaque rencontre, dans le cadre de la campagne « Unis contre le racisme » du FARE (Football Against Racism in Europe).

Amateur de football né à Washington, Buché a été choisi par le FARE pour réaliser ce film après avoir visionné son premier documentaire sportif, « Sold Out ». Sorti en 2001, il exposait sans détour le monde horrible du trafic humain dans le football, avec des participants comme Beckenbauer et Samuel Eto’o.

Buché, qui réside en Europe depuis environ 15 ans, déclarait :
« En vivant à Vienne, je connaissais FairPlay, le membre autrichien du réseau FARE, sans parler de l’excitation incontournable que générait le tournoi. J’ai sauté sur l’occasion de participer à ce projet. »

C’est ainsi qu’a débuté en octobre 2007 le travail sur « Différentes langues, un seul but : Non au racisme », un film de 30 secondes qui allait devenir une partie intégrante de la campagne menée par le FARE tout au long du tournoi.

« L’objectif de ce film était de capturer la nature diversifiée et multiculturelle des EURO dans un court format », poursuivait Buché. « Il s’agit de l’un des rares évènements sportifs qui rassemble autant de personnes dans un lieu unique à un même moment. C’est cette nature unique que nous souhaitions célébrer dans le film. »

Le casting a été mené tambours battants, mais il assure un bon « mélange » d’acteurs professionnels et d’enthousiastes amateurs, des toutes origines. « Dans ce film, tout est symbolique. Des acteurs roumains représentent l’Europe de l’Est, nous avons utilisé des acteurs néerlandais pour faire référence à l’époque coloniale, et les comédiens turcs ont participé pour signifier leur omniprésence actuelle dans de nombreuses parties de l’Europe. »

Le film, qui capture les émotions de différents moments entre supporteurs lorsqu’un but est marqué, a été filmé en deux jours, principalement dans l'Allianz Arena du TSV Munich 1860 et du Bayern de Munich, ainsi que dans un restaurant roumain authentique du centre-ville, et dans un studio. « L’apogée du film consiste en une célébration folle, et indique le que mot « goal » est vraiment universel. »

Lorsque le rideau sera tiré sur la compétition, à la fin du mois de juin, le film débutera une nouvelle aventure. Après avoir été adopté par l’UEFA, « Des langues différentes, un seul but : Non au racisme » sera diffusé à chaque match de l’UEFA Champions League la saison prochaine.
« L’UEFA, avec la collaboration de la Commission européenne, a participé au financement de ce film. Sans leur soutien, rien n’aurait été possible. Maintenant que le film a reçu un très bon accueil, nous espérons que la bonne volonté se poursuivra également tout au long de la saison prochaine. »