Le football contre le racisme13 octobre 2005

La plus importante campagne antiraciste dans le sport européen a débuté jeudi. Au cours des 13 prochains jours, la communauté footballistique européenne, y compris l'UEFA, va s'unir contre le racisme et la discrimination dans le football.

La 6e Semaine d'action, organisée par le réseau Football contre le racisme en Europe (FARE), partenaire de l'UEFA dans sa campagne antiraciste, va mettre en scène un millier d'initiatives organisées par les acteurs de cette campagne, les supporteurs, les clubs, les associations nationales, les groupes ethniques minoritaires et les groupes de jeunes en Europe.

Lancée en 2001/02 avec des initiatives dans neuf pays, cette semaine d'action touche aujourd'hui 35 pays. La gamme d'activités doit être encore plus importante cette année avec de nouveaux groupes venant d'Europe centrale et de l'est, y compris des pays de l'ex-URSS et des Balkans (Croatie, Serbie-Monténégro, Albanie, Macédoine et Bulgarie).

Les supporteurs impliqués
Un nombre plus important d'associations de supporteurs s'organisent pour lutter contre le racisme. En Espagne, des groupes d'Ultras se sont rassemblés pour la première fois pour organiser des activités collectives.

En France, le Réseau Supporter de Résistance Antiraciste va travailler avec les membres des différents groupes de supporteurs dans le pays, et organiser des évènements très médiatiques.

En Allemagne, des groupes venant de différents clubs vont s'activer pendant les matches.

Un plus grand engagement
Un plus grand engagement avec des minorités, comme par exemple les Tziganes d'Europe de l'Est, est un fait très prometteur.

Un des plus grands succès de cette année est le partenariat entre l'organisation des droits de l'homme Mahatma Gandhi, célèbre ONG hongroise dirigée par des minorités ethniques et qui travaille avec des demandeurs d'asile et des réfugiés, et les autorités de football hongroises qui se sont rassemblées pour coordonner une série d'évènements à l'échelle nationale.

Diffuser le message
Cette semaine d'action a pour but d'utiliser le pouvoir du football pour diffuser le message aux millions de personnes concernées par le football. Grâce à diverses initiatives organisées à l'occasion de la journée d'UEFA Champions League, les 18 et 19 octobre, plus d'un demi-million de personnes pourront écouter un message d'intégration dans les 16 stades concernés.

« Cette semaine d'action n'est pas juste une période où on ressort les bannières antiracistes », a déclaré Leon Mann, porte-parole de FARE. « Il s'agit d'un tremplin pour un engagement continu entre les artisans de cette campagne, les supporteurs et les minorités ethniques, et les clubs, les ligues et les organes décisionnaires, afin d'éradiquer le racisme et les inégalités du football.

« Autrefois, les campagnes antiracistes se faisaient à l'extérieur des stades. Aujourd'hui, nous sommes à l'intérieur, et nous commençons à nous faire entendre », a-t-il ajouté.