Actions à Belgrade et Gênes pour clore la Semaine d’action FARE31 octobre 2007

Après presque deux semaines de manifestations nombreuses organisées au niveau professionnel et amateur, la 8e édition de la Semaine d’action FARE sera clôturée par d’importantes actions à l’occasion de matchs de la ligue en Italie et en Serbie.

Action en Italie
En Italie, les joueurs de l’UC Sampdoria et de l’AC Milan entreront sur le terrain en portant une banderole marquée d’un message antiraciste. Cette action sera accompagnée d’une chorégraphie antiraciste organisée par le groupe de supporteurs Rude Boys & Girls.

À Belgrade, les joueurs des équipes Partizan Belgrade et Borac Cacak entreront sur le terrain en portant deux grandes banderoles marquées de la devise du Partizan « We don’t divide, black – white, we unite » (Nous nous divisons pas, noir – blanc, nous réunissons).

Cacak dans la honte
Pendant l’échauffement sur le terrain, les joueurs et les arbitres porteront des t-shirts marqués de messages antiracistes. Au cours de la saison dernière, les supporteurs de Cacack avaient fait honte au club après divers incidents racistes.

En octobre 2006, un groupe de supporteurs de Borac portant des cagoules du Ku Klux Klan avait présenté des banderoles marquées de messages tels que « Le joueur doit partir, personne n'en veut ici » et « Le Sud se soulèvera de nouveau » lors d'une manifestation contre l'un des joueurs de leur propre équipe, le Zimbabwéen Mike Tamvaniere.

Les supporteurs avaient également brandi le drapeau des Confédérés des États sudistes américains, criant « Mit Hitler, Hitler und Sieg Heil » et scandant des cris de singe à l’encontre de Tamavaniere (pour en savoir plus, consulter www.farenet.org).

Young boys Berne
En Suisse, les activités antiracistes de la Super League se termineront en novembre par une action lors du match Young Boys Berne contre le FC Zurich, à l’occasion duquel le club de supporteurs « Gemeinsam gegen Rassismus / HalbZeit » (Ensemble contre le racisme / Mi-temps) équipera les deux équipes de banderoles « Ensemble contre le racisme » et « Ensemble contre le sexisme ».

Les joueurs ont également participé à un spot vidéo qui sera diffusé sur grand écran dans les stades et dans lequel ils font des déclarations antiracistes.

En outre, les supporteurs fixeront sur la tribune une banderole de 50 mètres de long, produiront des t-shirts spécialement produits à cet effet et effectueront une chorégraphie dans leur bloc.

Les éliminatoires de l'UEFA EURO 2008tm sous le signe de la lutte contre le racisme
Cette année, la Semaine d’action FARE a été inaugurée le 17 octobre lors de plusieurs matchs de qualification pour l'EURO.

À l'occasion du match opposant la Bosnie-Herzégovine à la Norvège, les joueurs ont présenté une banderole « No to Racism, stop Nationalism ».

À Malte, des enfants ont porté des t-shirts marqués d’un message antiraciste, et des joueurs des équipes de Malte et de Moldavie ont également participé à l’action en montrant le carton rouge au racisme avant le coup d’envoi.

À l'occasion du match Irlande-Chypre, les capitaines des deux équipes étaient munis de brassards « Unite Against Racism » (Unis contre le racisme), et des enfants ont porté une immense banderole antiraciste sur le terrain. Des activités similaires ont eu lieu à Kiev, où une banderole marquée d’un message antiraciste a été déployée devant les joueurs d'Ukraine et des Îles Féroé. D’autres activités ont également été organisées lors des matchs éliminatoires opposant les Pays-Bas à la Slovénie, l'Allemagne à la République tchèque, la Turquie à la Grèce, la Belgique à l'Arménie et la Pologne à la Hongrie.

À l'occasion du match amical entre l'Autriche et la Côte d'Ivoire à Innsbruck, les activités antiracistes ont mis en scène une équipe nationale africaine. Les supporteurs dans les stades ont présenté des chorégraphies, des enfants portaient des t-shirts marqués du slogan « One Ball – One World » (Un ballon – Un monde).

La Ligue des Champions, compétition phare de l’UEFA, a également été une plateforme idéale pour la Semaine d’action FARE. Les stars du football européen ont contribué à diffuser le message que le racisme et la discrimination n’ont pas leur place dans le football européen. Toutes les 32 équipes participant à la Ligue des Champions de l’UEFA ont contribué à la Semaine d’action FARE en exprimant leur opposition au racisme.

Fans united
Des supporteurs de toute l’Europe participent activement à la Semaine d'action FARE. Des activités et des chorégraphies de lutte contre le racisme ont été organisées par les clubs de supporteurs à l’occasion des matchs en Autriche, Belgique, République tchèque, Danemark, France, Angleterre, Allemagne, Grèce, Italie, Pologne, Russie, Écosse, Serbie, Slovaquie, Slovénie, Espagne, Suisse, Ukraine et au Portugal.

La Brigada Anti Fascista, à laquelle coopèrent plusieurs clubs de supporteurs du Standard de Liège, a produit une grande banderole, tandis les Bohemians Ultras du FC Bohemians 1905 ont distribué des autocollants.

L’Association Portuguesa de Adeptos a distribué des dépliants au FC Porto, les Riazor Blues du Deportivo La Coruña ont produit des t-shirts antiracistes pour le match contre le Valencia CF, les Brigadas Amarillas ont préparé une banderole contre l’homophobie pour le match de ligue 2 opposant le Cádz CF à Las Palmas.

En Grèce, lors des matchs de Super League, des cartons rouges contre le racisme ont été distribués aux supporteurs. En Allemagne, des clubs de supporteurs tels que Supporters Club Düsseldorf, Filmstadtinferno Babelsberg, Chosen Few Hamburg/Poptown '98 /Blaue Armee Fraktion du Hamburger SV, Schalker Fan-Initiative, Faninitiative 1953international Dresden, Wild Horde 1996 de Cologne, Sportstudio Hundert Meister Duisburg et beaucoup d’autres ont organisé des projets de lutte contre le racisme. Le Fanladen St. Pauli et le Hertha Junxx ont organisé des activités de lutte contre l’homophobie dans le football. En France, des chorégraphies ont été présentées au Paris St. Germain et à l’AS Nancy. En Autriche, des chorégraphies spéciales antiracistes ont été présentées au Rapid Vienna, SV Mattersburg, Wacker Innsbruck et SCR Altach pendant que les joueurs brandissaient le carton rouge contre le racisme.

Les premières ligues européennes prennent position contre le racisme
Pour la première fois cette année, Israël participera à la semaine paneuropéenne d’action contre le racisme et la discrimination. La manifestation aura lieu le 4 novembre, en lever de rideau du match le plus important de la Premier League israélienne entre Beitar Jerusalem et Maccabi Haifa. Le but est de combattre le racisme dirigé contre la minorité ethnique arabe en Israël, les joueurs immigrés et les joueurs noirs de l’étranger.

Pour la première fois également, les ligues grecque, suédoise et suisse ont participé à la Semaine d'action FARE.

La participation régulière de l’ensemble des 92 clubs professionnels en Angleterre et en Écosse mérite d’être soulignée. La Bundesliga allemande a étendu son engagement sur deux week-ends afin de donner l’occasion à l’ensemble des 36 clubs d’organiser les activités antiracistes lors de leur match à domicile. En Autriche, République d'Irlande, Macédoine, Serbie, Slovénie et au Portugal, les ligues ont également participé à la Semaine d'action.

Les activités ont pour but de favoriser la prise de conscience du problème et de souligner la détermination de la famille du football à supprimer le fléau. Les initiatives sont prises par des ONG, des groupes de supporteurs, des clubs, des fédérations nationales, des minorités ethniques, des groupes de jeunes et des écoles.

La Semaine d’action FARE est coordonnée par le réseau Football Against Racism (FARE) en coopération avec l’UEFA.