FARE – Bilan 200309 janvier 2004

FARE a débuté l’année 2003 en renforçant encore plus sa coopération avec l’UEFA. Une relation de travail qui commence à porter ses fruits. En janvier, l’UEFA a intégré le racisme dans le programme pour ses arbitres internationaux.

En mars, après des mois de préparation par FARE, l’UEFA et la Fédération (anglaise) de football, la conférence « Unis contre le racisme » qui s’est tenue au stade Stamford Bridge du Chelsea FC a connu un immense succès. Cette conférence de grande envergure a attiré des officiels et des joueurs de clubs de football européens de haut niveau, ainsi que des représentants de toutes les fédérations nationales du football européen. En plus de leur rôle d’animateurs d’ateliers, les membres issus du réseau FARE ont également participé à la conférence pour partager leur expérience du racisme dans le football et citer des exemples d’initiatives prises pour le combattre.

Après la conférence, l’UEFA a fourni à toutes les fédérations nationales de football une aide financière destinée à la lutte contre le racisme. FARE a agi comme consultant auprès des fédérations de football pour s’assurer de l’efficacité de leurs initiatives antiracistes respectives.

L’année se poursuivant, a l’UEFA a continué d’infliger des amendes aux clubs et aux fédérations dont les supporters avaient lancé des insultes racistes envers des joueurs. Après les insultes subies par des joueurs anglais en 2002, un renversement de situation s’est malheureusement produit à la mi-2003, lorsque des supporters anglais ont lancé des injures racistes pendant le match éliminatoire de l’Euro 2004 opposant l’Angleterre à la Turquie. L’UEFA a infligé à la fédération anglaise de football une amende record de € 99.000, la plus lourde sanction jamais prononcée pour une inculpation liée au racisme. Hélas, l’année 2003 a connu beaucoup d’autres incidents liés au racisme, aussi bien au niveau des clubs qu’au niveau international.

L’UEFA a poursuivi sa campagne « Unis contre le racisme » tout au long de l’année. Il a fait la promotion du réseau FARE et lancé des initiatives antiracistes à l’occasion des finales de la Coupe de l’UEFA de la Ligue des Champions. En juillet, l’UEFA a publié un « guide de bonne pratique » commun avec FARE. L’objectif principal du guide est de mettre en évidence des exemples de bonne pratique auprès des supporters, des clubs, des joueurs et des organisations, en espérant que de nouvelles initiatives seront lancées. L’UEFA a distribué le guide à l’ensemble des fédérations, ligues et clubs européens ainsi qu’aux arbitres, délégués de match et directeurs de manifestations.

« Le racisme est un fléau. Je ne peux pas le décrire autrement. Nous devons le supprimer. L’UEFA ne laissera passer aucun incident raciste, ou plus généralement aucune expression de préjugé ou d’exclusion racial. »
Gerhard Aigner, directeur exécutif de l’UEFA en 2003.

Mondiali Antirazzisti
Le « Mondiali » 2003 a connu un succès inégalé jusqu’à présent. La Coupe du monde antiraciste se tient depuis 1997 en Italie. Elle est organisée par les partenaires de FARE Progetto Ultrà, UISP et Istoreco, avec le soutien financier de FARE. Elle est l’occasion pour les supporters de football européens de se réunir lors d’un tournoi amical. En 2003, plus de 4000 participants ont formé 160 équipes pour le tournoi.

Semaine d’action
Le réseau FARE a enregistré une participation record à la Semaine d’action 2003 contre le racisme et la discrimination dans le football. Dans 23 pays, plus de 300 groupes de supporters, clubs, fédérations nationales et organisations de minorités ethniques et de migrants ont participé à la Semaine d’action.

La forte participation notamment des dirigeants du football et des initiatives antiracistes en Europe centrale et de l’Est, où dans certains pays le racisme dans les stades de football a atteint des proportions épidémiques, a été très encourageante. La participation de l’ensemble des 92 clubs professionnels anglais a mis en évidence les efforts entrepris par FARE pour chasser le racisme hors du jeu. Pour la première fois, de grands clubs des Pays-Bas se sont joints à la campagne FARE.

L’UEFA a soutenu la Semaine d’action FARE non seulement financièrement, mais aussi personnellement : l’équipe du personnel de l’UEFA a joué au Stade de Colovray à Nyon contre une équipe de l’organisation sportive helvético-africaine de Genève. Les dirigeants du football européen ont également montré une exposition préparée par FARE à l’entrée de sa Maison du football européen à Nyon.

Prix
Après le prix MTV « Free Your Mind » décerné en 2002, nous avons reçu fin 2003 le premier Prix Jean Kahn pour notre travail exemplaire dans la lutte contre le racisme. Le prix a été présenté par l’Observatoire européen du racisme et de la xénophobie (EUMC), une institution de l’Union européenne sise à Vienne et financée par la Fondation Evens. Ce prix a été décerné en reconnaissance de notre contribution exceptionnelle apportée à la lutte contre le racisme, la xénophobie et l’antisémitisme. Le travail innovateur de FARE dans le football, comprenant une campagne de sensibilisation et des activités pédagogiques à la base et au niveau européen, a impressionné le jury du Prix Jean Kahn
Supporters
Le travail de FARE aurait été impensable sans les efforts acharnés de supporters de football vigilants un peu partout en Europe. Bien que le racisme soit un problème qui affecte le jeu à tous les niveaux – gradins, joueurs, salles de conférence, dirigeants -, ce sont les initiatives de supporters à la base qui ont la plus grande influence sur la lutte contre le racisme. Grâce à leur soutien, FARE deviendra de plus en plus fort en 2004.