La FIFA prend position contre le racisme24 juin 2005

Opération anti-discrimination lors de la Coupe des Confédérations de la FIFA

À compter d'aujourd'hui, avec les quarts de finale du Championnat du Monde Juniors de la FIFA aux Pays-Bas, et jusqu'à samedi, avec les demi-finales de la Coupe des Confédérations, la FIFA célébrera sa quatrième Journée mondiale contre la Discrimination.

Les meilleures équipes des deux tournois livreront un message univoque contre le racisme et la discrimination avant le coup d'envoi. L'opération comportera deux volets : une déclaration lue par les deux capitaines d'équipe visant à condamner et rejeter toute forme de discrimination dans le football et la société et une séance de pose réunissant les équipes et les officiels de match derrière une bannière qui portera en gros caractères le message « Say no to racism ».

Dans une circulaire adressée à l'ensemble des 205 associations membres de la FIFA, son Secrétaire Général, Urs Linsi, demande que ces éléments anti-discrimination soient intégrés dans le protocole officiel d'avant-match du prochain match qualificatif de la Coupe du monde.

La footballeuse Birgit Prinz, qui a récemment remporté, avec l'Allemagne, le Championnat d'Europe féminin qui s'est déroulé en Angleterre, s'est elle aussi jointe à la campagne et est l'une des Ambassadrices de le FIFA contre le Racisme. Thierry Henry, fer de lance de la campagne symbolisée par les bracelets « Stand Up, Speak Up ! » de Nike et capitaine du groupe récemment créé des Ambassadeurs de la FIFA contre le Racisme, a lui aussi exprimé son soutien à l'initiative :« Si toutes les parties impliquées dans le football s'unissent pour condamner la discrimination en agissant, l'espoir de la voir disparaître du sport existe. Je me félicite de la participation active des équipes aux Pays-Bas et en Allemagne, qui montre le rejet des joueurs du racisme et leur volonté de lutter contre. »

En 2001, le Congrès de la FIFA a adopté à Buenos Aires une résolution contre la discrimination qui vaut aujourd'hui plus que jamais. Toute action visant à soutenir cette résolution est chaudement accueillie, notamment après les graves dérapages auxquels on a récemment pu assister un peu partout.

Le réseau FARE (Football Against Racism in Europe – Football contre le racisme en Europe) a été fortement impliqué dans la préparation de la conférence et de la résolution. Les membres de FARE ont évoqué la question du racisme et de la discrimination auprès des participants des 205 associations membres. Lors de cette conférence, la FIFA a décidé de tenir annuellement une journée mondiale contre la discrimination. Récemment, la FIFA et FARE ont eu des entretiens en vue de réinstaurer un étroit partenariat.

Daniela Conti, de l'UISP (Unione Italiana Sport Per Tutti), partenaire italien de FARE, a déclaré : « FARE salue les nouvelles activités de la FIFA. La FIFA a été à l'avant-garde de la lutte contre le racisme en 2001. Nous nous félicitons qu'elle intensifie à présent ses efforts visant à combattre le racisme dans le jeu. »

Le Président de la FIFA, Joseph S. Blatter, a déclaré : « Le football a un pouvoir unique qui peut et doit être exploité pour promouvoir l'évolution humaine et la paix, et pour éliminer la discrimination de la société. Nous sommes heureux de pouvoir présenter nos compétitions non seulement comme spectacle sportif mais aussi comme un moyen d'attirer l'attention sur les thèmes essentiels de notre quotidien. C'est notre responsabilité vis-à-vis de la société. »