Interview avec Gilardino dans un quotidien pour homosexuels08 septembre 2006

« Je ne cache pas que je me réjouis de lire dans les journaux que je suis devenu un sexe symbole aussi bien pour les femmes que pour les hommes homosexuels. » Réfutant l’image traditionnelle du joueur de football masculin, Alberto Gilardino a accordé une interview à gay.it. Il est ainsi le premier footballeur professionnel à traiter un sujet délicat comme l’homosexualité dans un quotidien homosexuel. Il parle en tant qu’hétérosexuel, mais sans préjugés. Il se réjouit d’être devenu un symbole des la scène gay italienne, qui l’a choisi non seulement pour les buts qu’il a marqués, mais aussi en raison de son physique.

« Oui, ça me plaît, mais je suis conscient que nous sommes des personnes publiques et que notre image auprès du public est dénaturée. » L’attaquant de l’AC Milan ajoute : « L’équipe italienne qui a disputé la finale à Berlin a vraiment conquis le public, indépendamment des convictions politiques, religieuses ou sexuelles ». Cependant, dans le monde du football, l’égalité de traitement est loin d’être chose acquise. « L’aptitude du footballeur à ne pas se laisser influencer par le public en ce qui concerne ses décisions ou son penchant naturel, est déterminante. » Or, notre société n’a peut être pas encore atteint la maturité nécessaire pour respecter les décisions de chacun. Une maturité qui fait également défaut en ce qui concerne des thèmes tels que l’adoption d’enfants par des couples homosexuels. Gilardino semble plus optimiste pour ce qui concerne les contrats civils de concubinage : « Je part du principe que le principe fondamental de notre pays est l’égalité entre les citoyens, qu’elle concerne nos droits ou nos devoirs. C’est au gouvernement, en tant que médiateur, de trouver une solution. En revanche, je crois que le chemin pour parvenir à une solution sera long et semé d’embûches. »

Pour terminer, Gilardino cite Voltaire : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je défendrai jusqu’à la mort le droit que vous avez de le dire. Cette phrase correspond à ma façon de penser et à mon mode de vie ». Quelques jours après l’ouverture de Manchester City envers la communauté sexuelle de la ville, un petit signe en faveur de la tolérance dans le monde du football.

(Source : Repubblica du 8 septembre 2006 – article écrit par Mattia Chiusano)

—————————–

Lire l’article complet : http://www.gay.it/channels/view.php?ID=22012