La conférence de Paris révèles des lacunes22 mai 2007

La conférence du réseau FARE intitulée 'Footbal, diversité et égalité' qui s’est tenue à Paris les 19 et 20 mai 2007 a rassemblé plus de 100 représentants d’organisations non gouvernementales, d’organisations de minorités ethniques, de groupes de supporteurs, de clubs et d'instances sportives, notamment l'UEFA.

Des représentants du club britannique Brent Ladies Football Club ont évoqué auprès de William Gaillard, directeur de la communication et des relations publiques de l’UEFA l’interdiction décrétée par la FIFA de porter le hijab pendant les matches de football. Selon Monsieur Gaillard, « il appartient à chaque fédération nationale de définir les mesures à prendre. Il serait très compliqué d’inciter les 53 fédérations membres de l’UEFA à faire une déclaration commune sur ce sujet »

Monsieur Gaillard a également abordé le thème du trafic de jeunes joueurs africains. « La Commission européenne nous dit que le sport est leur travail (le travail des jeunes joueurs africains), de sorte qu’un changement dans la législation ne ferait que nuire à leur droit de travailler en Europe.

La Commission européenne nous dit également que le sport est une activité professionnelle comme une autre. Cependant, je pense que nous devons protéger les droits de ces jeunes joueurs. Ces joueurs devraient pouvoir obtenir un passeport valable pour toute la durée de leur séjour en Europe – qu’ils soient sélectionnés ou non – et avoir les mêmes droits que nous tous.

L’UEFA est prête à travailler avec les instances dirigeantes pour garantir que les joueurs ne soient pas considérés comme de la marchandise. »

Anthony Baffoe, ancien capitaine de l’équipe du Ghana, a déclaré « Nous devons renforcer la sensibilisation autour des problèmes rencontrés dans le football par les minorités ethniques et améliorer leur représentation dans le football. »
Monsieur Baffoe a également proposé des moyens d’action concrets. « Il est indispensable de renforcer à l’avenir la présence de représentants noirs qui puissent s’engager aux plus hauts niveaux de la FIFA, de l’UEFA et de la CAF.

« La création d’une Union des joueurs africains permettrait d’aborder un grand nombre de problèmes rencontrés par les jeunes joueurs africains recrutés par les clubs européens et qui débarquent en Europe sans savoir ce qui les y attend.

« Les anciens professionnels pourraient transmettre leur expérience et leurs connaissances et conseiller les familles de ces jeunes joueurs. Mais le plus important, c’est de rappeler que les Blancs ne peuvent à eux seuls trouver une solution aux problèmes des Noirs. »

Christian Karembeu, ancien vainqueur de la Coupe du Monde, a fait part de son expérience personnelle du racisme, puis a demandé que le pouvoir exercé par le football soit orienté vers un changement positif, rappelant que « le football doit être utilisé comme instrument pour éduquer la population et remédier aux maux de la société. »