Deux journées antiracisme à Ancona26 octobre 2005

Les deux journées antiracisme prévues à Ancona se sont avérées un grand succès. Le samedi 22 octobre, un match de cricket a été disputé dans le stade contre Banglancona (une équipe du club sportif Assata Shaker composée de jeunes originaires du Bangladesh et du Pakistan), en présence du président du CONI (Comité olympique italien) avec lequel est actuellement négociée l’inscription de l’équipe dans la ligue B. De 17h30 à 20h30, un petit tournoi de football a été disputé par l’équipe du club sportif d’Assata Shaker, qui compte de nombreux étrangers parmi ses joueurs, les Ultras Ancona, avec des réfugiés qui logent dans un centre d’hébergement de la ville, et une équipe sud-américaine mixte composée de joueurs argentins, boliviens et péruviens.
Le tournoi a été remporté par l’équipe sud-américaine qui a gagné 4 à 2 contre les Ultras et 4 à 0 contre Assata Shaker. La deuxième place revient aux Ultras qui ont battu Assata Shaker 3 à 1.
Toutes les équipes ont reçu une coupe portant l’inscription « 13 – 25 octobre 2005 : Semaine FARE contre le racisme ». La journée s’est terminée par un apéritif offert par les Ultras Ancona.

Quinze jours plus tôt, la Semaine contre le racisme des Ultras Ancona avait été annoncée par un drapeau portant l’inscription « Ensemble contre le racisme. » qui avait été présenté dans les deux virages du stade.
Le dimanche 23 octobre, les Ultras Ancona ont invité dans le stade 50 immigrés de différents pays à assister au match de ligue C entre Ancona et Castel San Pietro. Chacun d’entre eux portait le drapeau national de son pays.
Les joueurs des deux équipes ont porté le drapeau antiraciste FARE jusque sous le virage.
Pour la chorégraphie organisée par les Ultras Ancona dans le virage nord, un tricot géant du FC Ancona (20 x 18 m), avec un drapeau long de 50 mètres et l’inscription « LA COULEUR QUI COMPTE EST BLANC ET ROUGE, ET PAS LA COULEUR DE CELUI QUI LA PORTE », a été déployé sur toute la tribune et salué par l’ensemble des spectateurs présents dans le stade qui ont applaudi et entonné des chants contre le racisme.

Après la première mi-temps, des fumigènes de différentes couleurs ont été allumés, et le drapeau portant l’inscription : VOTRE RÉPRESSION N’ATTÉNUERA PAS NOTRE FORCE – AMNISTIE AUSSI POUR LES ULTRAS – NON AUX CPT (centres de séjour temporaires ou camps de réfugiés) » a été présenté. Cette inscription fait allusion à un tour de scrutin qui s’est déroulé au conseil municipal de Corridonia sur la création d’un « centre de séjour temporaire », lequel, en réalité, ressemble fortement à un camp. La séance avait été soudainement interrompue, de sorte que le CPT prévu ne sera pas construit : toutefois à un prix fort, puisque cinq plaintes ont été déposées (trois contre les Ultras et deux contre le club sportif).
Comme il fallait s’y attendre, la chaîne de télévision locale « È TV » et la chaîne régionale « Rai3 » ont beaucoup parlé de ces deux journées contre le racisme ainsi que de la conférence de presse qui a ensuite été donnée avec l’assesseur sportif de la commune.

Nous tenions ainsi à souligner notre lutte contre le racisme, et ce non seulement à l’occasion de ce genre de manifestations, mais en permanence, tout au long de l’année, pas seulement dans les stades, mais aussi dans la rue.

Polisportiva Antirazzista (Club sportif contre le racisme) Assata Shakur Ancona
Ultras Ancona